‘Mesdames et Messieurs, la Patrouille de France vous salue’

Ces mots sont l’acte de naissance de la Patrouille de France qui a soufflé ses 50 bougies à Salon de Provence les 17 et 18 mai 2003.

Cinquante ans auparavant, le 17 mai 1953, lors d’un meeting aérien sur le terrain d’Alger Maison-Blanche, le commentateur Jacques Noetinger assiste avec des milliers de personnes aux acrobaties d’aviateurs alliés.

Les Français de la 3ème escadre basée à Reims et équipés de F.84G ‘Thunderjet’ américains rivalisent de virtuosité avec les pilotes U.S., dans l’enthousiasme général Noetinger baptise : ‘la Patrouille de France’.

Cinquantenaire

Cinquantenaire

C’est la reconnaissance officielle car des patrouilles acrobatiques existent depuis plus de 20 ans. La Patrouille de France déploie son panache bleu blanc rouge dans tous les cieux du globe, les avions à la livrée tricolore ont déjà ravi des millions de spectateurs. Un demi-siècle s’est écoulé depuis le baptême de la Patrouille de France, 5 avions pour 5 décennies, c’est la décoration qui figure sur la dérive des Alphajet lors de la commémoration.

1931, les précurseurs

Morane Saulnier

Morane Saulnier

L’initiative d’un groupe de moniteurs voit naître à Etampes le premier groupe de voltige aérienne militaire. Les démonstrations se font à cinq appareils, d’abord des Morane Saulnier MS-230 et ensuite sur MS-225. En 1937, suite à la dissolution de l’école d’Etampes la formation se replie à Salon de Provence ou elle prend le nom de Patrouille de l’Ecole de l’Air.

Stampe SV4

Stampe SV-4B

Progressivement chaque escadre constitue un dispositif aérien de prestige. Participer à la fête des cocardes de 1937 représente la consécration pour toutes ces patrouilles. Après la guerre, l’armée de l’air s’équipe de Stampe SV4, ce biplan léger construit en Belgique est encore aujourd’hui l’avion de rêve pour les premiers pas vers la voltige aérienne.

Stampe et Vertongen présentèrent en 1939 au meeting de Bruxelles le SV-4B qui y fit sensation. En démonstration à Villacoublay quelques semaines plus tard, les autorités françaises passent une commande de 600 exemplaires qui ne peut être honorée du fait de l’invasion de la Belgique.

C’est en 1946 que les premiers avions fabriqués sous licence en France rejoignent progressivement les centres d’entraînement de l’armée de l’air.

L’ère des ‘Jets’

Les ‘Stampe’ remplissent leur mission jusqu’au début des années 50. Sous la pression du public et des ‘teams’ étrangers, les avions à réaction prennent la relève.

F.84G
F.84G aux couleurs de la PAF basé à Reims en 1953 et 1954

Le F.84G Thunderjet

Avion à réaction américain, le Republic F.84G Thunderjet équipe une partie de l’armée de l’air française. C’est avec 4 appareils de ce type que la Patrouille de France exécute ses premières démonstrations. Différentes escadres fourniront des pilotes et des avions jusqu’à ce que la PAF s’implante définitivement à Salon de Provence.

Flamme B.A. 112

Cachet ReimsLa B.A. 112 de Reims abrite actuellement 3 escadrons : le 1/33 ‘Belfort’, le 2/33 ‘Savoie’ et le 3/33 ‘Lorraine’. Baptisée du nom de ‘Marin la Meslée’, la base rend hommage à un pilote de chasse de la 2ème guerre mondiale né à Valenciennes en 1912, titulaire de 20 victoires toutes acquises pendant la Bataille de France. Commandant du groupe ‘Champagne’, il fut abattu dans le ciel d’Alsace par la D.C.A. allemande le 4 février 1945.

Une plaque commémorative est apposée à Audresselles (Pas-de-Calais), sur la façade de la maison de famille où Marin la Meslée passait ses vacances dans son enfance.

La 3ème escadre de Reims fournit les pilotes et les avions de la Patrouille de France en 1954 et 1955, elle passe le flambeau à la 12ème escadre de Cambrai équipée de MD-450 Ouragan.

L’Ouragan, premier avion à réaction français en escadre

1959 - N° 1213

1959 - N° 1213

Le 28 février 1949, le colonel Constantin ‘Kostia’ Rozanoff, célèbre pilote d’essai prend les commandes du prototype N°01 du MD-150 devant les officiels et la presse. C’est un succès, le premier avion d’une grande famille d’intercepteurs modernes signés Marcel Dassaut permet à la France de rattraper son retard dans le domaine des avions à réaction.

MD-450 Ouragan

MD-450 Ouragan

Le MD-450 Ouragan est le premier chasseur à réaction français à être produit en grande série et à équiper entièrement l’armée de l’air française. Les Ouragans de la PAF seront basés à Cambrai en 1955 et 1956.

La 4ème escadre basée à Bremgarten en République Fédérale Allemande a l’honneur de représenter la Patrouille de France. La décoration des avions est laissée à l’initiative du ‘Leader’. Les étoiles de l’Europe naissante sur fond azur ne seront pourtant pas du goût des autorités.

Ouragan 12ème escadre

Ouragan 12ème escadre

Cet Ouragan de la 12ème escadre basée à Cambrai porte les nouvelles couleurs de la Patrouille acrobatique de France avec la dérive en tricolore. L’année suivante apparaissent les Mystère IV. On peut admirer un MD-450 à l’entrée du terrain d’aviation d’Abbeville.

Flamme CambraiLa base aérienne 103 de Cambrai-Epinoy porte le nom d’un aviateur des F.A.F.L. : René Mouchotte. Evadé d’Afrique du Nord en juin 1940, il rejoint l’Angleterre et s’engage dans la R.A.F. A la fin de la bataille d’Angleterre, il est nommé chef d’escadrille.

Le Général De Gaulle lui donne pour mission de constituer une force aérienne française : le groupe ‘Alsace’. Tacticien hors pair, manoeuvrier de génie, les Anglais lui confient la célèbre escadrille de Biggin Hill. Il est abattu le 27 août 1943 dans le ciel de France. Son journal de combat a été édité sous le titre : ‘Les carnets de René Mouchotte’.

Le Mystère IV

Mystere IV

1954 - P.A. n°30

Mystère IV israélien

Mystère IV de l'armée de l'air israélienne. 1967 - N°335

Son étude débute en septembre 1951, un an plus tard, le 28 septembre 1952, le colonel Rozanoff présente en vol le prototype baptisé Mystère IV A.01.

L’appareil franchit allègrement le mur du son en janvier 1953 et connaît un grand succès à l’exportation, l’Inde et Israël en achetèrent un grand nombre.

 

Mystère IV Cambrai 1956

Mystère IV de la 12ème escadre de Cambrai en 1956

En 1956, le Mystère IV remplace l’Ouragan dans les escadrilles de la Patrouille de France. Celle-ci s’installe à Dijon de 1957 à 1961. L’effectif de la Patrouille s’est étoffé, jusqu’à 12 avions voleront ensemble lors des meetings. C’est aux commandes d’un Mystère IV B que ‘Kostia’ Rozanoff trouve la mort lors d’un vol d’essai le 3 avril 1954 à Brétigny.

Nouvelle décoration pour ce Mystère IV A de la 2ème escadre de Dijon, la PAF y est assurée de 1957 à 1961, ensuite c’est au tour de la 7ème escadre de Nancy de continuer le spectacle en 1962 et 1963.

Mystère IV ABudget oblige, la Patrouille de France sur avions d’armes doit disparaître. Fort heureusement, la patrouille de l’école de l’air s’est entretenue à Salon. Ré-équipée en 1957 du Fouga Magister, elle est apte à reprendre le flambeau.

 

Flammes Dijon-Ochey
Cachets des bureaux de poste des bases de Dijon et de Nancy-Ochey

La fin de ‘l’errance’

Salon de ProvenceLa Patrouille de France s’installe officiellement à Salon de Provence en 1964. L’école de l’air devient le vivier où elle puise ses pilotes. Héritière d’une tradition riche remontant à 1931 avec la ‘Patrouille d’Etampes’, elle devient la vitrine de l’armée de l’air et de l’industrie aéronautique française. Un nouvel avion l’équipe : le CM 170 Fouga Magister. Dépendant du Commandement des écoles de l’armée de l’air implanté à Tours, Salon abrite le groupement d’instruction G.I. 312 qui forme les élèves officiers de l’armée de l’air. Ceux-ci doivent effectuer au moins 150 heures de vol sur avion-école.

Le Fouga CM 170 Magister

C’est en 1936 que les établissements Fouga et cie ouvrirent à Aire sur Adour dans les Landes une usine de constructions aéronautiques. Spécialisée après la guerre dans la construction de planeurs, la petite société par le jeu des rachats devint l’Aérospatiale (Potez-Air Fouga) pour produire le premier avion d’entraînement à réaction au monde qui constitue l’un des plus grands succès commerciaux de l’après guerre pour l’industrie française.

Fouga Magister

1954 - P.A. n°32

Le Fouga Magister est un biréacteur biplace d’école et d’entraînement aisément reconnaissable à son empennage papillon caractéristique.

397 furent livrés à l’armée de l’air française, 215 ont été commandés par des forces aériennes étrangères, enfin 188 ont été construits sous licence en Allemagne.

Un super Magister vit le jour ainsi qu’une version marine appelée Zéphyr qui servit sur porte-avions.

Fouga CM 170 Magister

Fouga CM 170 Magister, 1964 à 1970, Salon de Provence

L’installation définitive à Salon de Provence consacre la Patrouille de France comme ambassadrice de la France à l’étranger. Les avions sont décorés aux couleurs nationales. Le logo officiel est peint sur le nez de chaque avion.

Logo PAFL’effectif de la patrouille fluctue au cours des années. Composée de 12 pilotes en 1960, elle en compte 9 lors du passage sur Alpha Jet en 1981.

Elle est depuis composée d’un ‘Leader’, de 2 ‘Intérieurs’ gauche et droit, de 2 ‘Extérieurs’ gauche et droit, d’un ‘Charognard’, d’un ‘Leader solo’, d’un ‘Second solo’ et d’un pilote remplaçant capable d’occuper tout les postes. Le ‘Leader’ répond à l’indicatif d’Athos 1, les équipiers à celui d’Athos 2 jusqu’à 8. Les avions sont numérotés de 1 à 9 sur la dérive.

Le passe partout de la PAF

1967, un escadron de transport basé à Salon a la double charge de servir les besoins de l’Ecole de l’air dans la semaine et la PAF le week-end. Le Noratlas emporte les pièces de rechange, un réacteur neuf, les fumigènes… et les valises de tout le personnel.

Pour trouver les ouvrages cités et d’autres sur le sujet de l’article : cliquez ici

Fin de la première partie…

Article paru dans le n°117 du bulletin officiel de l’A.P.B. en mars 2007.
Ecrit par Jean-Marc Desenclos, cet article n’est pas libre de droit.
Sa promotion est autorisée via ce blog mais pas son utilisation, ni sa modification sans l’autorisation de l’auteur.
Publicités

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :